Résidence d’écriture

Château Hagen


Pour la troisième année consécutive, la province Sud et la Maison du Livre de la Nouvelle-Calédonie financent une résidence d’écriture au Château Hagen à hauteur de 900 000 francs. Julie Revault, chargée d’actions culturelles à la Direction de la Culture de la province Sud, nous dessine les contours de ce dispositif unique sur le territoire.

Interview de Julie Revault, chargée d’actions culturelles à la Direction culture de la province Sud.

Vendredi 30 août, c’est la date de clôture des candidatures pour la prochaine résidence d’écriture au Château Hagen, financée par la province Sud. Pourquoi faut-il candidater ?

Il est important de candidater quand on est écrivain, jeune écrivain, avec des désirs d’écriture, que l’on n’a pas le temps de trouver l’opportunité de s’adonner à cette passion assez chronophage, et de se lancer dans l’aventure. Il faut avoir confiance en soi, confiance en ses écrits, et surtout se dire que c’est une belle opportunité. C’est d’ailleurs la seule opportunité de ce genre en Nouvelle-Calédonie.

Cette opération, portée par la province Sud, permet aux écrivains, confirmés ou non, de prendre le temps, pendant trois mois maximum, de se lancer dans un projet d’écriture et de le développer, en espérant le voir mener à terme. En tout cas, l’objectif, c’est de prendre le temps, et le temps, nous n’en avons jamais. Là, c’est l’occasion de le prendre.

Pourquoi la province Sud a créé et soutient ce dispositif, en allouant au bénéficiaire une allocation de 900 000 francs ?

La province Sud soutient ce dispositif en partenariat avec la Maison du livre de Nouvelle-Calédonie. Nous soutenons à travers cette action la filière du livre, qui s’étend de l’édition à l’écriture, en passant par la promotion. Nous étions dans une phase où nous avions envie et besoin de soutenir la phase de création, pour, justement, plus tard, soutenir l’édition. Et que toute cette chaîne ait du sens et qu’elle soit soutenue à tous les niveaux. Là, nous attaquons le premier niveau, c’est-à-dire, la création. Il nous tenait à cœur de proposer un dispositif qui venait accompagner les créateurs dans leurs démarches.

En 2019, en Nouvelle-Calédonie, c’est important d’écrire ?

Oui, c’est important. Nous parlons de la construction de l’identité en Nouvelle-Calédonie, nous parlons de tout ce que nous faisons à la Direction de la Culture, et nous essayons de mettre en place des dispositifs qui vont accompagner cette démarche de construction de la société. Et cela passe par la recherche d’une identité. L’écriture, nous le savons, est un vecteur de connaissance de soi, de connaissance de l’autre, mais permet aussi de se faire connaître à l’extérieur. Nous sommes toujours en quête d’accompagnement. Nous sommes toujours très attentifs aux artistes, mais là, dans le domaine de l’écriture, c’est parler de soi pour pouvoir parler de nous aux autres. L’objectif pour les écrivains, c’est donc d’être lus ailleurs, et donc d’être reconnus.

Lien : https://www.province-sud.nc/actualite/qui-sera-paye-pour-ecrire-son-livre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires